Comment interpréter les valeurs de VPM ?

VPM

Le volume plaquettaire moyen ou VPM est un indicateur permettant de mesurer la coagulation du sang. Il s’obtient par une analyse sanguine qui sert à dénombrer le nombre de plaquettes. Ainsi, l’interprétation des résultats obtenus se base sur la masse totale des plaquettes. Que traduit donc un VPM élevé ? En voici le point !

VPM élevé : de quoi s’agit-il ?

Avant d’aborder le sujet du VPM élevé, il est essentiel d’expliquer les plaquettes. Les plaquettes sont des cellules sanguines de 3 micromètres de diamètre. Elles proviennent de la moelle osseuse et durent environ 10 à 12 jours. La production des plaquettes se fait en continu. Elles sont cruciales pour la cicatrisation des plaies. En formant un caillot de sang, les plaquettes empêchent le sang de couler. Elles deviennent un filet contre l’hémorragie (hémostase).

Pour revenir au vpm, il s’agit d’une méthode permettant d’observer les plaquettes. Ainsi, le vpm permet de réaliser une appréciation qualitative et quantitative des plaquettes se trouvant dans le sang. À cet effet, il faut souligner que les plaquettes sont situées dans deux parties du corps. On les retrouve, bien évidemment, dans le sang à hauteur du trois quarts de la production totale. Le quart restant se trouve dans la rate.

Volume plaquettaire moyen : quelles sont les valeurs normales ?

Pour trouver des anomalies au niveau du vpm, il faut connaître ses valeurs normales. En effet, un organisme en pleine forme doit avoir un volume plaquettaire moyen situé entre 7 et 11 femtolitres. Ces valeurs sont réglementaires et servent de limite pour déterminer une baisse ou une hausse. Lorsque le vpm révèle des valeurs en dessous de la limite, cela signifie que les plaquettes sont trop petites.

Dans le cas contraire, l’interprétation aboutirait à des plaquettes trop grosses. Il faut savoir qu’un volume plaquettaire moyen faible est appelé la microthrombocytopénie. Pour un vpm élevé, il est appliqué l’appellation de macrothrombocytopénie. Pour mieux comprendre les nominations, sachez qu’elles sont une combinaison du taux de vpm et de la thrombocytopénie. Par exemple, la microthrombocytopénie signifie un taux faible de vpm et la thrombocytopénie.

Vpm élevé : les pathologies associées

Les maladies liées à un vpm bas sont rares, mais pas inexistantes. Elles sont assez complexes puisqu’elles sont d’ordres génétiques. Il s’agit du syndrome de Wiskott-Aldrich et de l’anémie aplasique. Par contre, les affections liées à un vpm élevé sont assez répandues.

Le syndrome myélodysplasique (SMD)

Il s’agit de la cause de nombreuses maladies qui sont caractérisées par une petite production de cellules sanguines. Il est crucial que les cellules produites soient matures et saines. Ce manque de cellules viables atteint le plus souvent les hommes. Toutefois, elles ne sont remarquables qu’à l’âge adulte.

Les problèmes cardiovasculaires

Un vpm élevé hausse les risques d’arrêt cardiaque. Outre l’exposition aux affections cardiovasculaires, il y a également une menace accrue de thrombose ou phlébite.

Le syndrome de Bernard-Soulier

Encore appelé le syndrome des plaquettes sanguines géantes, ce syndrome expose le malade à des saignements abondants ou pondérés. Une mauvaise coagulation est aussi remarquable. Il faut souligner que le syndrome de Barnard-Soulier est héréditaire. Aussi, plus d’un million de personnes en souffrent dans le monde.

Voilà donc ce à quoi il faudra s’attendre avec un vpm élevé. Les maladies qui y sont liées sont assez sérieuses et méritent une attention particulière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.